Cave Studies, 
compte rendu d’exposition


Vincent Broquaire, Fondation Bullukian, Lyon 16.06.2016 - 30.07.2016

Publié sur le site Le Mauvais Coton, 2016


Pour sa première exposition personnelle à Lyon, et plus largement dans le sud-est de la France, Vincent Broquaire nous propose une sélection de pièces inédites pour un projet in situ, inspiré des voûtes et piliers de la Fondation.

Dans un monde envahi par le numérique, la thématique de la caverne choisie pour cette exposition permet à l’artiste de développer une réflexion sur des outils et médiums de création antinomiques. La main du dessinateur se confronte ici aux logiciels de traitement d’images numériques. Filtres, calques, cadres de sélection et de désélection sont des termes ici appliqués à l’encre de Chine et au graphite que l’artiste utilise. Le monde que celui-ci dessine s’apparente alors à une troublante mise en abyme de captures d’écrans.

Dans les pièces de Vincent Broquaire, ce sont des petits personnages qui construisent les images à l’aide d’un outillage issu du monde du bâtiment : échafaudages, systèmes de poulie, nacelles ou sableuses modifient et agencent avec aisance les paysages souterrains. Malgré la désuétude des moyens, la nature est maçonnée avec une étrange simplicité, bien loin des poèmes Hugotiens¹.

Dans le fond rendu aveugle de la galerie, une vidéo est projetée, jouant de la proximité avec les éléments architecturaux du lieu. Il s’agit d’un dessin animé, ou plutôt d’un paysage animé par quelques ouvriers qui modulent les parois d’une caverne (serait-ce celle de Platon ?) dans un environnement sonore très réaliste. Le noir n’est pas complet, et le visiteur au moment de l’entracte, est témoin du changement de décor.

Dans son antre, l’artiste intervient directement sur les murs de l’espace d’exposition, suggérant l’art pariétal, délimitant avec sa singulière légèreté du trait l’espace de cette grotte, dans laquelle il nous invite. Allégorie du dessin, des différentes étapes de sa création, un personnage suspendu façonne une fois encore le paysage.

Un paysage entre espaces vides et matières ; désopilant, mystérieux et poétique.



Vue de l’exposition Cave Studies, Vincent Broquaire, Fondation Bullukian, Lyon
photo : Jules Roeser pour Le Mauvais Coton



Vue de l’exposition Cave Studies, Vincent Broquaire, Fondation Bullukian, Lyon
photo : Jules Roeser pour Le Mauvais Coton


Vue de l’exposition Cave Studies, Vincent Broquaire, Fondation Bullukian, Lyon
photo : Jules Roeser pour Le Mauvais Coton


Vue de l’exposition Cave Studies, Vincent Broquaire, Fondation Bullukian, Lyon
photo : Jules Roeser pour Le Mauvais Coton