Leïla Couradin


Contact



EXPOSITIONS


Camille Boileau - Le jardin des possibles 

Jeanne Chopy - Le rideau bouge encore ~

Lisa Duroux et Julie Kieffer - De cadence et d’amour

Adélaïde Feriot - Polaris

Bettina Samson - Spectral Summer, Le Parc Saint Léger 

Bénédicte Lacorre - Did something real happen ?

Vincent Gallais - L’instant de plus

Baptiste Charneux et Delphine Gatinois - Sécher le perroquet

La fête de l’insignifiance - exposition collective, Kunsthalle de Mulhouse 

Carla Adra - Bouche 

Léo Sallez - Relais des gourmets 

Victoria David - Snow Gum




TEXTES  


Catalogue de l’exposition des élèves de l’EMAP Corbas - notices

Camille Sart - Entretien (Résidence Voyons Voir)

Rémi Lécussan - Entretien (Résidence Voyons Voir) 

Brontë Scott - Entretien
(Résidence Voyons Voir) 

Amalia Laurent - L’édifice immense du souvenir, exposition au CACN

Collection du FRAC île de France - notices

Collection de EAP Vénissieux - notices

Valentin Martre - Sortie de Résidence Voyons Voir au Chantier Naval Borg

Un calamar à la surface, Rémi Lécussan, Ludovic Hadjeras, Benoît Pype

Amalia Laurent - Entretien, POST it RÉALITÉS

Claire-Lise Panchaud - Portrait

Collection de l’IAC de Villeurbanne (FRAC Rhône Alpes) - notices

Jean-Christophe Couradin - Portrait 

Christopher Daharsh - BIKINI

Frédéric Rouarch - La traversée 

Pierre Unal Brunet - Entretien, POST it MONSTRE

Celine Pierre - Entretien, Point Contemporain 

Sophie Hasslauer - Portrait, Point Contemporain

Katinka Bock - Portrait, Zérodeux 

Marianne Villière - Entretien, POST it #08

Romuald Jandolo - Entretien, CARF 03

Baptiste Charneux - Entretien, POST it #06

Anaëlle Rambaud - Entretien, POST it #04

Carla Adra - Entretien, POST it #02

Corentin Canesson - Entretien, CARF 02

Thomas Schmahl - Portrait, Point Contemporain

Predicted Autumn, Jochen Lempert, La belle revue 

L’odeur du ciel, Damien Fragnon et Naomi Maury, Tzvetnik

Radio, Katinka Bock, Point Contemporain

Pavillon, Guillaume Perez, Artaïs 

Les conventions ordinaires, Chloé Serre, La BF15, Zérodeux 

Partout, mais pas pour très longtemps, Convoi exceptionnel, Point Contemporain

Peaux des murs, Claire Georgina Daudin, Point Contemporain

Night Soil - Nocturnal Gardening, Mélanie Bonajo, La critique 

Entre-temps, portrait de Rémi De Chiara, Point contemporain

Cleptomanie Sentimentale, collection Saves, Point contemporain

Les coulisses du plateau, portrait de Naomi Maury, Point contemporain 

Sous la surface, portrait de Julie Digard, Point contemporain 

Eloge de l’imprévu, portrait de Damien Fragnon, Point contemporain

Le divan des murmures, exposition collective au Frac Auvergne, Zérodeux 

La Fête, La Musique, La Noce, Maria Loboda, Zérodeux 

Le monde ou rien, exposition collective au Gac Annonay, La belle revue 

Images évanescentes et dessins absents, Claire Georgina Daudin, Le mauvais coton

Les bruits silencieux, Olivier Zabat, Le mauvais coton

Dancing in the Studio, Pedro Barateiro, Le mauvais coton

Etoffes à décor de circonstance, Joséphine Kaeppelin, Le mauvais coton

Conversations silencieuses, exposition collective au Réverbère, Le mauvais coton

Marcher à la dérive, Alex Chevalier et Guillaume Perez, Le mauvais coton

Les éléphants se cachent pour mourir, Maxime Lamarche, Le mauvais coton

Promenade urbaine en négatif, Sehyong Yang, Le mauvais coton

Histoire des ensembles, Mathilde Chénin, Le mauvais coton

Cave Studies, Vincent Broquaire, Le mauvais coton 


Jeanne Chopy - Le rideau bouge encore ~





Exposition au Polaris de Corbas, du 12 octobre au 17 novembre 2023



Artiste et chorégraphe, Jeanne Chopy passe d’un médium à l’autre pour déployer un vocabulaire singulier à la frontière entre les arts visuels, les arts vivants et le design. Sa nouvelle installation produite pour le Polaris est troublante : elle renverse les espaces pour proposer un décor quasi théâtral dans la salle adossée au public, dédiée aux expositions. Aussi, un ensemble de meubles étranges en bois, vitraux et frites de piscine nous plonge dans un univers rappelant certains films de Jacques Tati ou de Michel Gondry. Si l’on croit reconnaître un kiosque ou un banc, impossible de passer dessous ou de s’assoir dessus : la fonction de ces objets, comme les assemblages surréalistes, reste indéterminée. C’est « beau comme la rencontre fortuite sur une table de dissection d'une machine à coudre et d'un parapluie » disait le comte de Lautréamont. Ces objets insolites font davantage office de socles, recouverts de diverses matières, pour présenter une collection tout aussi déroutante. Ici encore, les quelques objets de la vie quotidienne se sont métamorphosés, si bien que l’on voudrait croquer dans une éponge devenue gâteau. Jeanne Chopy collectionne les tissus et similis cuirs, les perles et sequins, les scoubidous et autres matériaux issus de loisirs « créatifs », pour transformer les objets, les faire passer du placard sous l’évier aux planches d’un cabaret. Créer donc, imaginer, inventer d’autres fictions possibles à partir d’une seule réalité.

Le rideau bouge encore ~… Les quelques costumes suspendus et les chaussures abandonnées sur l‘estrade semblent indiquer que les protagonistes viennent de quitter la scène (la pièce chorégraphique Sottocoppa a été interprétée par quatre danseurs et danseuses le soir du vernissage, au milieu des architectures mobiles). Serait-ce le premier indice d’une enquête à résoudre ? À leur tour le couteau, les bottes de pluie, le gant de toilette, les jardinières et les boules à neige apparaissent et disparaissent dans cet intérieur mystérieux ; la télévision, elle même costumée, est devenue un personnage de plus dans ce soap-opéra. Les yeux bien ouverts, comme pour ne pas perdre une miette d’un tour de magie, il faudra remettre l’intrigue dans l’ordre et distinguer le vrai du faux. Ou peut-être accepter avec bonheur de se laisser piéger, comme après la sonnerie du réveil, où l’on replonge volontiers dans un rêve sans queue ni tête. Est-ce le moment tant attendu pour incarner notre propre rôle, dans un épisode de Strip tease, une soucoupe volante au-dessus de nos têtes ?


Si toutes ces allégations ne sont les fruits que de mon imaginaire, libre à vous de poursuivre ce cadavre exquis, de passer du coq-à-l’âne, de vous laisser emporter par le fleuve bouillonnant et irrationnel de l’imaginaire. Comme dirait le compositeur Erik Sati « Bien que nos renseignements soient faux, nous ne les garantissons pas. »  

commissariat : Leïla Couradin

Photos : Lola Fontanié 














Vues de l’exposition Le rideau bouge encore, Jeanne Chopy, Le Polaris de Corbas. Photos : Lola Fontanié























Mark